Exposition « Au bord du monde » Michèle Iznardo

Image petit site

Michèle Iznardo

 

AU BORD DU MONDE

Dessins

Exposition du 7 mars au 5 avril 2015

Avec du papier, une pierre noire, et des couleurs immatérielles comme l’air, Michèle Iznardo réinvente une terra incognita. À contempler cette terre des origines, cette terre d’avant l’homme, un frisson vous saisit, comparable à celui ressenti en lisant les mentions inscrites sur les anciennes mappemondes: hic sunt dracones , ici il y a des dragons.

Apparemment, tout est calme dans ce paysage où les coulées d’azur du ciel et des rivages, le miroir des eaux étales et les pierres en équilibre qui souvent bouchent l’horizon forment des lignes, dessinent des creux, des îles secrètes, des mondes en miniature.

À y regarder de plus près, ces univers superposés comme les strates du temps sont autant de tableaux où le regard perçoit des nuances chromatiques à l’infini et l’œil joue à se perdre. Des turbulences immémoriales ont réorganisé le paysage, inversé le ciel et la terre, créé des failles vertigineuses et chassé toute présence humaine. Car dans ce monde minéral, vous ne rencontrerez personne, sinon l’air, le blanc, le gris, le bleu, le gris-bleu, exceptionnellement un ciel jaune de fin du monde surplombant une mer d’encre, et bien sûr ce noir, imposant et omniprésent. Mais n’essayez pas d’aller  dans ce pays au bord du monde, contentez-vous de regarder les images que Michèle Iznardo en a rapportées, empreintes de la beauté et de la pureté des rivages imaginaires.

Laurence Paton
Février 2015